Les 9 destinations où pratiquer le tourisme durable en 2021 ! (+ quelques bonus)

Carte du monde verte avec géolocation jaune des 9 destinations durables

Notre volonté est de préparer les vacances post covid et que vous soyez ainsi prêt à changer votre manière de voyager quand nous pourrons retrouver une vie normale et ainsi choisir sans contrainte nos destinations de vacances responsables.

Dans notre dernier article (Qu’est ce que le tourisme durable et responsable ?), nous vous parlions du tourisme durable. S’il est facile de l’évoquer, quels sont les pays ou régions qui agissent vraiment dans ce sens ? Aujourd’hui, nous voulions faire un zoom sur les destinations qui mettent en place des plans de développement responsable.

Chez certains, cela se concrétise par la création de labels et de chartes visant à mettre en avant les acteurs de cette avancée écologique. Pour d’autres, de grands aménagements sont envisagés afin de permettre la découverte de ces pays et régions dans le respect de la faune et la flore mais également des populations locales. A leur niveau, chacune des destinations que nous vous présentons aujourd’hui agit pour nous permettre de voyager de façon responsable.

  1. Le tourisme durable autour du monde
  2. L’Europe sur la voie de l’éco-tourisme
  3. En France, le tourisme vert au cœur de certaines régions
  4. Bonus : initiatives à mettre en avant
Femme avec une robe blanche, portant une petite valise. Elle est de dos et en marche au mieu d'une route entourée de platane

Pour la 2eme fois j’ai fait appel à un talent extérieur pour rédiger cet article. Cette fois il s’agit de ma nièce Marie qui s’est pliée à l’exercice et qui nous offre un article riche en destinations responsables. En tout cas cet article me plait énormément car il répond aux problématiques de ceux qui souhaitent rester en France et mais également à ceux qui ont envie d’évasion et de dépaysement. Comme d’habitude il y en a pour tous les gouts ! J’espère que cela vous donnera des pistes dans le choix de vos prochaines vacances responsables.

Le tourisme durable autour du monde

Costa Rica : une démarche écologique nationale qui débouche à l’éco-tourisme

Situé en Amérique Centrale, le Costa Rica dénombre plus de 6 000 variétés de plantes différentes et une faune tout aussi abondante. Afin de les préserver, les parcs naturels et réserves protégées représentent plus de 30% du pays. Le Costa Rica, c’est également une électricité venant à 99% de l’énergie renouvelable.
Le tourisme étant son principal revenu en dehors de l’agriculture, le pays se devait de continuer dans sa démarche de développement durable. Ainsi, plusieurs labels ont vu le jour pour valoriser :

  • les structures écologiques comme les écologes, les hôtels éco-responsables mais également
  • les activités touristiques soucieuses de développer le tourisme vert (la randonnée, l’escalade, etc).

Afin d’appuyer symboliquement cette démarche, les hôtels ne sont pas notés sous forme d’étoiles mais de feuilles.

Mongolie : une volonté de sauvegarde de la vie nomade

Située en Asie Centrale, la Mongolie partage principalement son territoire entre les montagnes et les steppes. Par conséquence, le mode de vie de la population de ce pays est traditionnellement nomade, ces habitants étant principalement des agriculteurs éleveurs. Cependant, la vie nomade est peu à peu abandonnée. Beaucoup d’entre eux préfèrent se rapprocher des grandes villes, notamment à cause du manque de revenus que leur génère leur vie agricole.
Désireux de préserver ce mode de vie traditionnel, le pays a misé sur le tourisme durable. Hébergés par des éleveurs nomades, les touristes sont totalement immergés dans leur quotidien. Ils participent à la vie nomade de l’élevage, découvrent les us et coutumes locaux mais également de la vie en yourte, un hébergement plutôt insolite. Cela permet également aux agriculteurs de toucher un complément de revenu en plus de leur élevage.
Le pays a également mis en place un projet écovolontaire pour participer au programme de préservation des chevaux Prezwalski. Il s’agit des derniers chevaux véritablement sauvages.  Cette initiative, mélangeant tourisme vert, tradition et préservation de la faune, permet en grande partie de financer le projet initié dans les années 1990.

Bénin : un projet de développement du pays porté par le tourisme

Situé en Afrique de l’Ouest, le Bénin a une politique économique basée sur l’ouverture du territoire aux vacanciers. Berceau du vaudou, ce pays possède un patrimoine encore trop peu méconnu comme la cité lacustre de Ganvié ou le Parc National de la Pendjari. 
Soucieux de préserver leurs traditions et la biodiversité du pays, ils se tournent vers un tourisme durable, respectueux et éco-responsable. Leur politique repose sur 3 aspects :

  • l’économie par la création de nombreux emplois et la formation des habitants dans les métiers touristiques
  • la préservation de la culture béninoise et surtout sa promotion auprès des touristes
  • la protection de l’environnement et même son développement avec notamment le projet de réinsertion de rhinocéros dans le parc de la Pendjari.

L’Europe sur la voie de l’éco-tourisme

Suisse : un peuple au cœur du projet écologie

Située en plein cœur des Alpes, la Suisse abrite de superbes paysages montagneux mais également de nombreux lacs. Le pays affiche une volonté de développer l’écologie afin de préserver sa faune et sa flore. Ainsi, en 2017, le peuple suisse a voté à 58% la loi sur la stratégie énergétique 2050. L’objectif est se séparer des énergies fossiles et de développer les énergies renouvelables.  
Du fait de sa géographie et de son histoire multiculturelle, le pays attire de nombreux vacanciers. Dans la lignée de ses décisions écologiques, la Suisse développe un tourisme vert. Pour aller dans ce sens, le gouvernement a mis en place plus de 1200 km de pistes cyclables à travers le pays afin d’encourager les moyens de transports respectueux de l’environnement. Pour stopper le tourisme de masse, la Suisse a également modernisé les offres de locations, notamment grâce à des applications, pour redynamiser les régions alpines isolées et rediriger les touristes vers celles-ci. Enfin, le gouvernement appuie de nombreuses innovations mises en place pour le tourisme durable comme la mise en place d’une coopérative de partage de voiture, la création de permaculture, etc …

Portugal : un développement au-delà du littoral

Situé sur la péninsule ibérique, le Portugal attire chaque année de nombreux touristes grâce, notamment, a son important littoral. Ses vastes côtes ont influencé sa culture, à commencer par ses traditions culinaires, en grande partie tirées de la mer mais également son architecture historique, héritage de l’empire maritime puissant qu’il était entre 1500 et 1800. Le pays adopte une politique écologique en mettant en place diverses démarches comme l’optimisation la gestion de l’eau et des déchets ou la diminution jusqu’à l’élimination du plastique à usage unique.
En 2020, le Portugal a présenté le plan tourisme + Durable 20-23 pour développer le tourisme sur l’ensemble du territoire portugais. Le but est de mettre en lumière la diversité du pays et d’emmener les touristes à découvrir les us et coutumes locaux. Ce sont 10 millions d’euros qui sont investi au développement de projets avec pour objectif un tourisme durable.

Finlande : un label pour mettre en avant l’éco-tourisme

Située au bord de la mer baltique, la Finlande est notamment réputée pour la Laponie, région touristique connue pour ses domaines skiables et ses parcs nationaux. En 2018, le pays comptait plus de 1800 sites recensés dans le Réseau européen Natura 2000 qui rassemble les sites naturels européens ayant une biodiversité exceptionnel. Ces sites représentent plus de 12% du territoire finlandais.
En 2019, Visit Finland lance le label Sustainable Travel Finland. Celui-ci est décerné aux entreprises ayant suivi les 7 étapes d’un programme visant à attester de leur engagement envers les principes nationaux du tourisme durable. Une fois le label obtenu, elles doivent également présenter un plan d’actions prévues dans les années à venir afin de développer le tourisme durable. Une soixantaine d’entreprises et de villes/secteurs détiennent aujourd’hui ce label.  Parmi elles, on trouve Posio, une communauté nature de Laponie, la toute première destination à être labélisée STF. Elle est classée parmi les « 100 meilleures destinations durables du monde » selon  Green Destinations. La station de ski Pyhä, détentrice elle-aussi du Label, est passée neutre en carbone et se destine à présent à devenir la station la plus propre du monde.

En France, le tourisme vert au cœur de certaines régions

La Nouvelle-Aquitaine : une région à l’écoute des entrepreneurs de l’écotourisme

Située au sud-ouest de la France, la Nouvelle-Aquitaine est la plus vaste région de France (plus de 84 000 km²). Du fait de son étendue, les paysages qui la parsèment sont variés. Ainsi on y trouve une partie des Pyrénées ou encore un large littoral bordant l’Océan Atlantique, faisant d’elle la première région française en nombre d’emplois touristiques. La Nouvelle-Aquitaine a également le plus grand massif forestier de France qui s’auto-suffit, il se renouvelle suffisamment pour satisfaire les besoins de la région sans le diminuer.
C’est également la première région de France en termes de tourisme durable. En effet, sur son territoire, on dénombre, en 2017, 83 hébergements détenteurs de l’Ecolabel européen services d’hébergement touristique. L’obtention de celui-ci est basée sur leur faible consommation en énergie et en eau, leur faible production de déchets, leur utilisation d’énergies renouvelables et leur communication envers leurs clients pour les sensibiliser sur la cause environnementale. La région propose également le Label Vague Bleue, destiné aux professionnels du nautisme, garantissant notamment la gestion de leurs déchets dangereux dans le respect de l’environnement.

L’île de la réunion : une île sous le signe de la préservation

Située dans l’océan Indien, à l’est de Madagascar, l’île partage sa superficie entre ses volcans, ses forêts tropicales et ses plages. Le parc national de la Réunion couvre 42% de son territoire et permet de préserver sa biodiversité. Une grande partie de celui-ci est inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité de l’UNESCO.
Pour protéger tout cela, l’île de la Réunion évite le tourisme de masse et se tourne vers le tourisme durable. Ainsi, plusieurs labels ont été mis en place. Le label Clef Verte est décerné aux hébergements s’engageant dans une démarche éco-responsable avec des critères comme la gestion intelligente des déchets, la maîtrise des consommations d’énergie et d’eau  ou encore la sensibilisation de la clientèle à l’écologie. Le label Activité éco-touristique Réunion est quand à lui décerné aux prestataires de terrain proposant une activité touristique (randonné, raft, etc). Pour pouvoir l’afficher, les acteurs touristiques de l’île doivent satisfaire au moins 80% des points d’une charte précise. L’île fait parti du top 10 des destinations éco-responsables du monde.

La Bretagne : une région entre développement et tradition

Située au Nord-Ouest de la France, la Bretagne possède un important littoral resté en grande partie sauvage et, de ce fait, de nombreux villages balnéaires. De plus, elle est parsemée de cairns (menhirs, dolmens, etc) et de forêts. La région a 4 grands parcs régionaux en son sein. La diversité de son territoire attire chaque année de nombreux touristes.
Souhaitant se tourner vers le tourisme durable, la Bretagne a aujourd’hui une politique visant à limiter le développement des stations touristiques pour apporter l’activité au-delà du littoral. Ainsi, des aménagements de sites naturels sont faits afin de trouver un juste milieu entre préservation du patrimoine et mise en valeur pour le marché touristique. Enfin, les activités de pleine nature sont mises en avant et développées à travers tout le territoire.

Mentions honorables : quelques initiatives notables

Pour finir, nous souhaitions vous parler de quelques solutions mises en place à travers le monde que nous avons trouvées durant nos recherches.

Les Pays-Bas ont un circuit touristique pour repêcher les déchets plastiques dans les canaux d’Amsterdam.
L’Indonésie a une application pour connaître les points d’eau potable pour remplir sa gourde.
– Pour limiter l’impact touristique, le gouvernement du Bhoutan a décidé de créer un forfait journalier (entre 200 et 250 dollars la journée). Cela rend cette destination assez luxueuse mais permet également de protéger la biodiversité du pays.
Le Maroc a vu l’émergence de nombreux écolodges dans les montagnes de l’Atlas. Cela a permis ainsi de préserver l’artisanat local grâce aux revenus générés par le tourisme.

Alors, allez-vous vous laisser tenter par l’une de ces destinations ? Plutôt voyage à l’autre bout du monde ou découverte des régions près de chez vous ? De quelles actions avez-vous déjà entendu parler ? N’hésitez pas à nous partager tout ça dans les commentaires !

Cet article vous a plu ? Épinglez-le sur Pinterest pour le retrouver plus tard !


Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Champs obligatoires*