Un éco safari en Tanzanie c’est possible

Plaine deserte avec au centre des rochers et des arbres et un seul 4x4 safari

La Tanzanie ne souffre pas encore à proprement parlé du tourisme de masse. Cependant à certaines périodes, comme les vacances scolaires européennes, certains lieux commencent à être bondés. Cela pourrait très vite avoir des conséquences désastreuses pour cette faune si riche. Loin de nous l’idée de vous décourager d’y aller. Cependant nous souhaitons vous partager des conseils pour faire de votre séjour un éco safari et découvrir la Tanzanie autrement.

Frédérique, la correspondante en France de Soaring Flamingo, notre partenaire pour un Ethik Trip sur mesure et clé en main en Tanzanie, nous présente des sites moins connus, moins fréquentés mais aussi plus authentique et plus préservés.

Renoncer au cratère du Ngorongoro, particulièrement en haute saison

Faire un safari dans le cratère du Ngorongoro est un must pour l’immense majorité des visiteurs étrangers. Dans une caldeira de 265 km2, profonde de 600 mètres et dont les bords sont situés à plus de 2000 m d’altitude, évolue la plus forte densité d’animaux sauvages du continent africain : des dizaines de milliers d’animaux dont les big five (lion, léopard, éléphant, rhinocéros noir et buffle). Cela donne une idée du pouvoir d’attraction du cratère…

Pourtant, un rapport de l’UNESCO déjà ancien (près de 20 ans) dénonçait, entre autres, le détournement des ruisseaux du cratère pour les hôtels situés sur le pourtour, des travaux routiers à l’origine de dégâts écologiques et esthétiques, et la très forte hausse du nombre de véhicules transportant les touristes (qui peut atteindre 200 en saison haute).

Renoncer à faire un safari dans ce cratère est pourtant facile, à condition de disposer d’un peu de temps et d’argent : il suffit d’aller un peu plus à l’ouest, dans le parc national du Serengeti, car on y trouve exactement la même faune, mais sur une surface beaucoup plus vaste (près de 15 000 km2). Il faut donc chercher un peu plus longtemps et avoir un peu plus de chance aussi… C’est ca aussi un éco safari, prendre son temps.

Explorer les zones moins connues du nord (Lac natron, Lac Victoria…)

En Tanzanie du nord, difficile d’échapper au tracé Arusha-Tarangire-Manyara-Ngorongoro-Serengeti : cette unique route goudronnée (qui se transforme en piste à l’entrée dans le Serengeti) voit en effet défiler la grande majorité des voyageurs car elle dessert les quatre grands parcs du nord. En moins d’une semaine, les visiteurs enchaînent les safaris et la plupart du temps séjournent dans les mêmes villages.

Pourtant, d’autres routes ou plutôt d’autres pistes existent, qui permettent tout autant d’observer les animaux mais offrent d’autres paysages et surtout des rencontres humaines plus authentiques.

retour de pêche sur le lac victoria

On peut par exemple découvrir la région du Lac Natron, réputée pour ses flamants roses. Outre le fait qu’elle permet de rendre visite aux Massaïs, loin des « villages culturels » installés au bord des routes, elle offre des paysages spectaculaires. Pour aller plus loin, découvrez cet article consacré au Lac Natron.

On peut ensuite rejoindre le Serengeti par la porte nord, bien moins fréquentée que d’autres accès, en s’arrêtant saluer la tribu des Sonjo -si le chef nous a invités, bien sûr !-. Tant qu’à faire, on pourra traverser entièrement le parc du Serengeti jusqu’à Mwanza, près du Lac Victoria, où nous attend une autre tribu tanzanienne dont la culture est fort intéressante : les Sukuma.

Oser un éco safari en Tanzanie du sud même pour un premier voyage

Rares sont les voyageurs qui envisagent la Tanzanie du sud pour leur premier voyage dans le pays : c’est bien dommage car même s’ils sont moins connus du grand public et s’ils ne sont pas classés au patrimoine de l’UNESCO, les parcs du sud proposent de superbes conditions pour organiser des éco safaris.

Sans aller jusqu’au très excentré parc national de Katavi, qui reçoit en une année autant de visiteurs que le Serengeti en une journée, les parcs de Ruaha ou de Nyerere (ex-réserve de Selous) proposent une grande variété d’animaux et de paysages. Les véhicules de safaris y sont bien moins nombreux que dans les parcs du nord et le tourisme de luxe, avec campements haut de gamme et déplacements en avion de brousse d’un parc à l’autre, n’est pas la seule option pour voyager dans cette région. En outre, de nombreuses activités écotouristiques existent (visites de villages, randonnées, etc.), tout comme dans le nord du pays, et les plus aventureux pourront même découvrir les rives des lacs Malawi ou Tanganyika.  

Eco Safari Tanzanie - lions et lionnes allongés aux pieds d'un arbre

Choisir Mafia Island plutôt que Zanzibar

Difficile de résister au charme de Zanzibar, dont la sonorité du nom fait déjà rêver… Pourtant, depuis quelques années l’île est en passe de perdre son âme, en tout cas dans certains villages balnéaires où a commencé à se développer la prostitution de « beach boys » venus séduire des femmes occidentales en quête d’exotisme. Ailleurs sur l’île, à Stone Town, la sublime capitale classée au patrimoine de l’UNESCO, il n’est pas rare de croiser le soir des jeunes filles occidentales débraillées et alcoolisées, dont le look et l’attitude contrastent avec la discrétion des femmes musulmanes de Zanzibar.

Photo prise depuis la mer d'une plage sauvage avec mer turquoise et sable fin

C’est pourquoi l’île de Mafia, située à moins d’une heure d’avion de Dar es Salaam, constitue une excellente alternative pour qui recherche le calme et la richesse des fonds sous-marins. Elle abrite le premier parc marin de Tanzanie et offre des plages immaculées, préservées et peu fréquentées, qui restent un lieu de reproduction privilégié pour les tortues. Ses récifs coralliens préservés et ses eaux très claires en font l’un des meilleurs sites de plongée au monde. Plaque tournante du commerce ancien entre l’Extrême-Orient et l’Afrique de l’Est, Mafia Island a également conservé des vestiges d’anciens monuments aujourd’hui engloutis dans la végétation, que les amateurs de vieilles pierres et d’histoire apprécieront.

Nous espérons que cet article vous a donné vous aussi de changer votre approche et l’envie d’organiser un éco safari pour découvrir les beautés de la Tanzanie.


2 thoughts on “Un éco safari en Tanzanie c’est possible”

  1. peruzzo

    bonjour,
    je partage votre vision du voyage et je cherche une agence locale dans cet esprit pour organiser un séjour en famille en aout en Tanzanie avez vous des contacts a me proposer ?

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Champs obligatoires*