Tourisme de masse à Venise : découvrez nos alternatives

Venise - Grand Canal avec plusieurs gondoliers dessus

Quand on parle des conséquences du surtourisme, on pense immédiatement à la cité des Doges. La pollution des canaux et les paquebots de croisières qui traversent la ville sont des exemples parmi d’autres. De nombreuses photos circulent d’ailleurs dans les médias pour illustrer les conséquences désastreuses du tourisme de masse à Venise. Le Covid a encore une fois été un accélérateur à la prise de conscience pour cette ville qui accueille chaque année plus de 25 millions de voyageurs.

  1. Les conséquences du tourisme de masse à Venise
  2. Les alternatives à Venise

Les conséquences du tourisme de masse à Venise

La fragilisation des fondations

Ce n’est pas seulement parce que cela gâche la vue et qu’ils dégradent à outrance l’air, qu’il faut interdire les paquebots dans le grand canal. Bien que cela soit vraiment disgracieux sur nos photos et que, rappelons le, ils causent par leur pollution plus de 50 000 morts en Europe, ce n’est pas le problème principal. Le souci ce sont les remous que ces immeubles flottants génèrent et qui fragilisent les fondations le long du grand canal. Le même phénomène se joue également dans les canaux secondaires avec les barques à moteur. Chacun joue sont « mauvais » rôle dans l’aggravation drastique de l’érosion naturelle qui atteint aujourd’hui 1mm par an.

D’ailleurs si rien n’est fait rapidement l’Aqua Alta ne sera probablement plus une exception. Il s’agit d’un phénomène qui inonde une partie de la ville lors de grande marée. Aujourd’hui ca fait partie du folklore. Voir la place Saint-Marc inondée, c’est toute une aventure. Demain, si la ville continue à s’enfoncer ca sera le quotidien avec les problèmes d’insalubrité et d’usure que l’on peut facilement imaginer.

La désertification du centre ville

Bien que les conséquences de la présence des paquebots soit indéniable, ils ne sont pas la source de tous les maux causés par le tourisme de masse à Venise. En effet, ces paquebots aussi énormes soient-ils n’amènent avec eux « que » 6% des visiteurs.

A l’instar de nombreuses villes touristiques, nombreux sont les propriétaires qui choisissent la location saisonnière plutôt que la location régulière pour leurs biens immobiliers, pour des questions de rentabilité. Cela oblige donc les vénitiens à se loger à l’extérieur de la ville. La population est d’ailleurs passée, en 40 ans, de 100 000 à 55 000 habitants et continue à en perdre 1 000 tous les ans.

Autre conséquence, c’est la fermeture des commerces de proximité. Avec moins d’habitants ils devenaient moins rentables et sont remplacés par des magasins de souvenirs. En plus de participer à la désertification de la ville, les souvenirs de voyages ont des conséquences sur l’environnement que nous avons déjà évoqué dans un précédent article. A terme, si cette désertion n’est pas stoppée, Venise va devenir un musée et sera complètement vidée de ses habitants. Ils participent pourtant à faire de Venise ce qu’elle est, ses habitants sont une composante indispensable de Venise.

La pollution

Comme tous les villes touristiques, Venise est victime de dégradation et de touristes peu scrupuleux. Ces derniers laissent régulièrement leurs déchets par terre. Malheureusement il finissent en grande partie dans les canaux.

Découvrez d’ailleurs l’histoire de ces 10 gondoliers qui une fois par mois plongent dans les canaux pour ramasser les déchets. Ce sont 4 tonnes et demie qui ont été ramenées à la surface en un an.

Les alternatives à Venise

Afin de protéger la lagune, le tourisme de masse à Venise doit devenir de l’histoire ancienne . D’ailleurs la municipalité pousse dans ce sens, en mettant en place l’obligation d’une réservation préalable avec un nombre limité de billets journaliers dès 2022. Nous sommes pourtant d’accord pour dire que les villes construites autour de canaux ont un charme particulier et méritent le détour. Alors si vous ne pouvez pas ou ne voulez plus vous rendre à Venise, découvrez les alternatives qui s’offrent à vous.

Amsterdam

Alternative tourisme du masse à Venise - Amsterdam. Maisons colorées le long d'un canal

Amsterdam n’est pas seulement connu pour ses vélos. En effet, la capitale des Pays-Bas comptent pas moins de 100 kilomètres de cours d’eau et 1500 ponts. Une partie de ces canaux est d’ailleurs classée au patrimoine mondiale de l’Unesco. Vous aurez également tout le loisir de découvrir le musée Van Gogh, un incontournable de la ville.

Découvrez nos adresses pour des vacances responsables à Amsterdam.

Bruges

Voici une halte à ne pas manquer lors de tout voyage en Belgique. La ville est évidemment connue pour ses nombreux canaux sur lesquels on peut naviguer pour découvrir les bâtiments médiévaux. Ce ne sont pourtant pas les seuls trésors de Bruges qui figure sur 3 listes de l’UNESCO grâce à son centre historique, son béguinage et son beffroi.

Envie d’organiser un week-end à Bruges, voici les établissements responsables que nous avons référencés.

Annecy

Ancienne prison annecy avec le  canal à l'eau translucide et les barrières fleuries

Celle que l’on surnomme la Venise des Alpes est également une belle alternative à la cité des doges car elle est, elle aussi, traversée par de nombreux canaux. De plus, la ville organise un carnaval vénitien tous les ans au mois de février. Une occasion de plus de se retrouver plongé dans l’ambiance italienne.

Profitez de votre séjour pour découvrir la beauté des rives du lac. Retrouvez notre récit de voyage éco responsable à Annecy.

Strabourg

Si vous souhaitez éviter le tourisme de masse à Venise en restant en France, nous vous conseillons de vous rendre à Strasbourg et plus précisément dans le quartier de la Petite France. Celui-ci est également classé au patrimoine mondiale de l’Unesco depuis 1988. Vous pourrez le visiter paisiblement grâce aux pistes cyclables qui longent les fameux canaux.

Nos adresses pour un tourisme durable à Strasbourg.

Stockholm

Stockholm vue du ciel

La capitale de la suède est surnommée la Venise du Nord. En effet, elle se compose de 14 îles reliées entre elles par une cinquantaine de ponts. C’est une destination idéale pour du tourisme durable : vous pourrez en effet enfourcher votre vélo et arpenter les 750 kilomètres de pistes cyclables.

Vous souhaitez profiter encore plus des canaux, rejoignez Göteborg en bateau. Vous traverserez pas moins de 58 écluses.

Bangkok

Plus loin d’ici, il existe aussi des villes tournées vers l’eau et entourées de canaux. Bangkok en est l’exemple parfait, les canaux s’appellent en tha¨ï des klongs. La capitale thaïlandaise est d’ailleurs connues pour ces marchés flottants. Les arpenter c’est aussi découvrir un Bangkok moins touristique. Profiter donc de cette opportunité pour rencontrer les habitants et en apprendre un peu plus sur leur quotidien.

Retrouvez la liste des hébergements éco responsables à Bangkok.

Que pensez vous de ces alternatives ? Prêts à renoncer à votre escapade à Venise pour un voyage plus responsable dans une de ces 6 villes ?

Droits images
– Free-Photos de Pixabay
– fab_photos de Pixabay
– rightfreak de Pixabay


Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Champs obligatoires*