5 questions à Tiga

Photo de Tiga sur un bateau, avec un débardeur noir et les cheveux au vent et la tete tournée elle regarde au loin

J’ai connu Tiga grâce à Echappées Belles. Pour ceux qui ne le savent pas, je suis une grande fan de cette émission ! J’avais déjà entendu parlé d’elle évidemment par Riding Zone mais j’avoue je ne regardais pas ce programme. Je l’ai redécouvert grâce à son compte Instagram. C’est vraiment ce qu’on peut appeler une belle personne : très bienveillante et accessible. J’étais donc plus que ravie qu’elle accepte de se plier au jeu des 5 questions. Je vous laisse découvrir ses réponses.

Pouvez vous vous présenter et nous dire ce que représente le voyage pour vous ?

Je m’appelle Tiga. Je suis franco-Centrafricaine. Née au Benin, j’ai grandi sur le continent africain (Burundi, Kenya, Tanzanie). Je suis journaliste spécialisée dans le voyage et la découverte. 

Voyager, surtout quand on est seul, c’est se perdre pour se retrouver. J’ai constaté très vite qu’on ne se challengeait plus quand on restait chez soi, entourés de gens qu’on aime et qui de facto nous aiment aussi (nos amis, notre famille). C’est en sortant de ce confort qu’on peut continuer à grandir personnellement, qu’on est confronté à notre personnalité, à notre altruisme, à notre capacité d’adaptation aux autres. En gros, c’est un voyageant qu’on sait si on est qeulqu’un de chouette ou d’un peu moins chouette (rires) 

Le voyage est, d’après moi, un miroir, une école et une grande thérapie.

Quel est le voyage qui vous a le plus marqué ? Pourquoi ?

Sans doute Cuba. Je suis partie seule. J’avais 20ans. Le pays était encore sous embargo américain. J’étais coupée du reste du monde. J’y suis restée 8mois. J’ai trouvé du travail. Je me suis fait des amis. J’ai perfectionné mon espagnol. 

Ce qui m’a marquée ce sont les cubains. Ils n’avaient pas droit à toutes les libertés qu’on a en France. Il leur était, par exemple, très difficile d’obtenir un passeport pour voyager ou de se mettre en couple avec un.e étrangèr.e. (Sous peine d’amende ou même de prison).

Donc ce peuple s’exprimait autrement. Tous les cubains sont des artistes accomplis. Peintres, danseurs, musiciens, chanteurs… ils réussissent ainsi à mettre des couleurs dans leurs vies, au quotidien.

Mes amis cubains m’ont appris la résilience.

# L’info en plus :

Si, comme Tiga, vous souhaitez découvrir cette île des caraïbes, je vous rappelle que nous sommes partenaires avec Route Cuba qui pourra vous organiser un voyage à Cuba responsable et clé en main.

Comment voyez-vous le tourisme post Covid ?

Pour être très honnête, je ne sais pas. Je ne projette rien. J’ai juste constaté que moi, j’ai beaucoup moins envie de mener la vie de nomade que je menais avant.

Je veux me poser plus longtemps. Pour apprécier vraiment le dépaysement et les structures touristiques qui m’accueilleront. 

Quelle est votre prochaine destination de vacances ?

Je vis à Tahiti depuis 1 an. La Polynésie compte 118 iles. J’espère avoir la chance d’en visiter quelques-unes.

Un livre à nous conseiller qu’on pourrait glisser dans notre valise cet été ?

Oh oui!! La Révérence de l’éléphant de Laura Trompette. Un bijou! J’adore son style, son humour, sa douceur. L’histoire se passe entre la France et la Tanzanie. Les protagonistes m’ont offert beaucoup d’émotions. 

Retrouver les épisodes d’Echappées Belles avec Tiga sur la chaine YouTube de l’émission.

Photo © Anais RICHARD


Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Champs obligatoires*